05 janvier 2010

Brutality and Decadence

La musique, voilà la seule chose qui arrive à me comprendre à faire ressortir ce que je ressens, ce qui bout en moi.
Ce tourbillon destructeur et instoppable, tous comme le flot de notes qui heurtent mes tympans avec la violence d'une balle.

Une musique pour ressentir, une autre pour exprimer.

Dans ses mots de violence, des pauses, du manga Shojo (pour les incultes, du manga pour fille, en gros histoire à l'eau de rose et autre du même style) ça me calme, me fait marrer de voir l'inutilité de nos plans, de nos rêves.
Parce que dans les mangas, tous ce finit bien, tous le monde est heureux ou presque, au moins on peut rêver et espérer que le Héros finisse bien. Alors que là, je connais déjà le résultat comme si c'était inscrit dans un script et je sais que j'ai aucun moyen de le réécrire.

Enfin, j'dis que j'ai aucun moyen de le réécrire, j'ai juste pas les couilles de le faire, pas le courage ni la volonté de faire face à cette putain de réalité; je me noie donc dans une autre réalité, celle de la nécessité de trouver du taff et je m'y jette à corps perdu pour oublier, pour faire disparaître, oblitérer, annihiler ce sentiment qui me taraude et qui me ronge.
Sort de ma tête, je t'en supplie.
Sort de ma tête ou je t'en ferais sortir, et ça risque d'être violent.

Journée plutôt prolifique aujourd'hui.
Plein de boulot de dispo, une proposition de faite.
On verra le résultat dans une ou deux petite semaine, je veux du boulot, de l'argent et des filles (le dernier étant optionnel)
L'argent ne fait pas le bonheur, ouais je sais et alors ? Sans argent vous faites quoi ? Vivez d'amuuur, d'air pur et d'eau fraîche ? Air pur y en a plus, eau fraîche elle vous tue en 2 mois tellement elle est pollué et l'amour on a oublié ce que c'était (sauf pour certains bienheureux qu'ils sont)
Capitaliste jusqu'au bout des ongles, vivre au jour le jour et crever le lendemain.
Rien à foutre, j'aurais profiter !


Bon faut que j'aille me refaire un concert de bourrin moi, faut que je me défoule !
Alors avis à tous les métalleux qui liront ça, si vous avez un concert dans pas longtemps, prière de m'en faire part.

Sur cette petite note brève, sentimentale et réaliste autant que illusoire, je retourne tourner en rond dans ma chambre et dans ma petite tête.

Etroit d'esprit bonsoir et bienvenue au club !


FOR THE DARK GOD (et non DOG comme j'ai faillit l'écrire)

Posté par soldierofdark à 19:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Brutality and Decadence

Nouveau commentaire